Au moins une brillante idée semble mettre d’accord tous les candidats à l’élection présidentielle : les licenciements, c’est mal.

Pour l’extrême-gauche, il faut les interdire purement et simplement (y compris donc en cas de faute personnelle). Le Front de Gauche y apporte une nuance désormais classique en démagogie électorale, en s’attaquant aux « licenciements boursiers », notion pratiquement indéfinissable et économiquement absurde. Jean-Luc Mélenchon partage en cela la rigueur conceptuelle de ses anciens camarades du PS, qui ont voté le mois dernier au Sénat en faveur d’une proposition de loi (rejetée à six voix près) sur « l’interdiction des licenciements boursiers ».

viaPourquoi les français sont-ils obsédés par les licenciements ? | Atlantico.

Publicités

Le gouvernement a pris le contre-pied de décisions judiciaires ou de recommandations internationales condamnant le filtrage ou la suspension de l’accès à Internet, et ce, dans un contexte de pressions sur les sources des journalistes. La France ne doit pas sacrifier la liberté d’expression en ligne et la neutralité du Net à la tentation sécuritaire ou à la protection du droit d’auteur.

Quand l’information bascule sur le Net

viaFrance – Reporters sans frontières.

Ni « Intouchables », ni « The Artist », ni « La vérité si je mens ». Qu’est-ce qui a bien pu pousser 238.257 Français à payer 10 euros pour voir, la semaine de sa sortie, une vieille dame se remémorer les grands moments de sa vie ? Peut-être la proximité de l’élection présidentielle en France.

via« La dame de fer », Margaret Thatcher – iFRAP.

Pendant des décennies, les tendances de la société américaine ont généralement été analysées à travers le prisme de la race, et les Américains blancs ont servis de point de référence – en comparant le chômage des Noirs à celui des Blancs, par exemple, ou le pourcentage de lycéens Latinos qui accédaient aux études supérieures à celui des élèves blancs. Ces comparaisons sont éclairantes, mais elles négligent le fait que ce point de référence est lui-même en train de changer. Notre compréhension de l’Amérique blanche est soumise à des hypothèses dépassées qui devraient être repensées.

via5 idées reçues sur les Blancs Américains – Contrepoints | Contrepoints.

Nouveau combat de certaines féministes, qui se battent vraiment pour que la cause des femmes aille mieux dans le monde. Hier, dans le Parisien, elles lançaient un nouveau combat affligeant et consternant : elles s’attaquaient à la grammaire.

On pensait avoir touché le fond avec les histoires de mademoiselle qui en vexait certaines ? Pas du tout…

viaLa Maison du Faucon: Ridicule, c’est masculin ou féminin ?.

L’institut Thomas More vient de faire paraître une intéressante étude comparant les dépenses publiques de santé en Allemagne et en France. Les résultats de la comparaison ne sont pas très flatteurs pour la France. Mais ce qu’il y a de plus intéressant, c’est que les chiffres obtenus sont difficilement critiquables…

viaHashtable » Notre système de santé que l’Allemagne a bien raison de ne pas copier.

Le dernier numéro de la revue Concilium, consacré à « Économie et religion », comporte une étonnante attaque contre Benoît XVI : celui-ci serait trop favorable au capitalisme, plus en tous cas que ses prédécesseurs… L’excellent vaticaniste Sandro Magister attire en particulier l’attention sur l’un des neuf textes de cette revue, celui de Johan Verstraeten, qui enseigne à l’Université Catholique de Louvain, dont l’article s’appelle « Repenser l’économie : une question d’amour et de justice ? Le cas du Compendium de la doctrine sociale de l’Église et l’encyclique Caritas in veritate ». Sandro Magister nous donne aussi le commentaire critique du texte de J. Verstraeten par Stefano Ceccanti, professeur de droit public à l’université La Sapienza de Rome et sénateur du parti démocrate.

viaBenoît XVI trop capitaliste ? – Contrepoints | Contrepoints.